La béquille des cyclistes dans la peine

Le VAE, faut pas en parler à notre Pierrot. De pure race cycliste, les ersatz ça lui donne des boutons. Il est pourtant d’accord, et toute la Confrérie avec lui, pour affirmer que l’assistance électrique c’est un plus pour tous ceux qui, pour causes diverses, ne peuvent plus pédaler de façon autonome. Ceux-là ont avec elle la possibilité de profiter encore du grand air et de la nature. Ils ne sont ainsi pas contraints d’endurer par ennui les inepties « TFuniennes ».

Reste l’ambiguïté. Une ambiguïté j’en ai croisée une hier. Elle était toute déguisée d’une tenue de coureur cycliste, avec les textes et les couleurs fluos itou, le pédalier de son vélo de course, armé d’un moteur électrique.

Où l’on voit donc, que l’impossibilité à pédaler velu n’empêche pas le quidam moyen de viser l’image du sportif auréolé. Que remplacer la capacité physique par la fée électricité ne corrige donc pas les vils instincts de certains congénères. Perso ça ne me gène pas. Les VAE rejoignent dans ma tête les cohortes sans âme de pétrolettes de tous types. Mais vu le déjà actuel « m..dier » qui embourbe la discussion dans le milieu cycliste, ce nouveau débat sur les « vrais » et les « faux » ne va pas simplifier les choses.

Patrick JEAN

Ce contenu a été publié dans billet, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.