A convivialité, convivialité et demi

Poussés par notre aiguillon Dédé, qui conserve toujours l’œil pétillant et l’idée disponible, nous avons aujourd’hui mis en place un calendrier de rencontres « au poil ». Malgré la distance qui sépare l’ensemble des « popottes » sixcentcinquantistes, nous parvenons à nous rencontrer une fois par trimestre : l’hivernale au 1er, l’Ascension au 2è, le VSD au 3è et le 11 novembre au 4è. Et s’il est difficile de déplacer, pour trois jours et en plein hiver, le copain du ch’Nord pour une rencontre dans l’Aude, c’est selon leurs dispos et chacun à leur tour que les confrères participent.

Cela dit, le niveau de convivialité qui sied si bien à notre association pourrait encore être élevé. Il suffirait pour cela que vous autres, qui résidez dans la lande bretonne, dans le bocage normand, sur les coteaux alsaciens, les Alpes enneigées ou ailleurs, preniez en main l’organisation d’une sortie amicale. Un jour, deux jours, un VSD, ou peut-être plus si le travail ne vous appelle. Vous ne serez pas, sur ce coup, des cents et des mille, c’est un fait établi. Vous n’allez pas organiser l’Ardéchoise ni ratisser au plus large les coureurs d’occasion pressés de faire un temps. Mais qu’importe ! Vous pourrez, mais à 4 ou 5, partager un gewurtz ou un coup de calva et discuter gentiment de plaisir qu’il y a à être sixcentcinquantiste.

Publié dans billet | Commentaires fermés sur A convivialité, convivialité et demi

Rencontre avec Fred Ducès

Elle est dure la vie de testeur...

Elle est dure la vie de testeur…

Hier jeudi 21 juillet je suis allé à la rencontre de Frédéric Duces qui parcourait la 13ème étape du Love Tour organisé par le magazine 200 (Saïx-Montcuq). Nous avions convenu de nous retrouver pour un premier « rapport » objectif sur la selle Idéale 90 qu’il m’avait confiée. J’ai pu le récupérer, mais dans quel état, à Montpezat de Quercy. Du coup, il n’est pas allé au terme de l’étape, afin de pouvoir récupérer son train. Donc je l’ai ramené à Moissac par la route la plus facile et la plus directe, ainsi nous avons eu le loisir de partager de la causette, de la mousse, du grignotage et des ressentis sur la selle qu’il a pu caresser (surpris par la patine). Je lui ai montré « ma » selle qui après 2000 bornes, est bien patinée et très souple. Et il a pu prendre son TER qui le ramenait à Toulouse, sans stress.

André

Publié dans artisan, matériel | Commentaires fermés sur Rencontre avec Fred Ducès

Et l’on se soucie d’apparences

clique-650bIls sont élégants nos sixcentcinquantistes, là n’est pas la question. Mais les smokings blancs et les robes du soir Christian Dior qui fleurissent lors des soirées de nos rassemblements, c’est très bien mais un peu disparate. Alors, pour que tous nous puissions « cocooner » au chaud de notre association, en affichant pour nous et pour les autres une unité bienveillante, tout en conservant le haut niveau vestimentaire décrit ci-dessus, le comité directeur s’est une nouvelle fois torturé le ciboulot.

Il propose aujourd’hui à ses nobles ouailles le polo officiel « Confrérie des 650 » qui prouvera aux foules dans l’ignorance leur qualité d’élus du diamètre béni.

D’un vert forêt du meilleur aloi, qui conviendra à toutes les générations, de coupe homme ou dame et d’une qualité optimum rendue nécessaire par l’objectif visé, il est frappé du nouveau logo de votre Confrérie, brodé côté cœur.

Désormais les ladies sixcencinquantistes pourront être élégantes, mais en affichant, en sus, leur modernité de cycliste et de femme d’aujourd’hui. Quant à leurs maris, ils feront, au simple coup d’œil, la promotion de leur matériel chéri. Au final, un vêtement qui ira bien pour tout, y compris pour s’accorder, au soir des randonnées, avec la pinte de bière belge offerte par le copain ou avec le champagne qui, lors de nos rendez-vous, trouve toujours une occasion pour se proposer. La classe quoi !

Le bon de commande et les détails matériels sont avec la revue n°40, mais vous pouvez aussi le retirer ici : http://confreriedes650.org/wp-content/uploads/2016/07/polo.png

Publié dans matériel, pratiquer | Commentaires fermés sur Et l’on se soucie d’apparences

L’agoraphobe

Qu’est-ce que vous voulez, moi la foule ça me fout la trouille ! A cause de la façon et du pourquoi elle se forme puis de son comportement une fois formée.

C’était il y a quelques jours la finale du championnat d’Europe de foot. Qui a gagné ? Je m’en fous, là n’est pas la question. Mais à cette occasion, la quasi totalité de mes compatriotes ont, à grand bruit, endossé la casaque tricolore. Non que tous fussent d’un coup devenus raides amoureux de foot, mais parce que quand l’occase est offerte, peu importe le jeu, rien n’est plus important que de se montrer fidèle au clocher franchouillard. Aiguillonnés qu’ils sont en sus par les tambours-major de l’événement qui pue. Et bien moi, ça me fout les j’tons. Remplacez le prétexte sportif par une cause plus ou moins saine et vous n’êtes, je provoque c’est vrai mais j’exagère à peine, pas très éloigné d’un congrès de Nuremberg. J’ai peur !

Pourquoi cette chronique sur le site de nous autres, paisibles cyclo-touristes ? Parce que le foot terminé place au Tour de France. Et pour peu qu’un coureur français frétille de la pédale, ce sera le vélo qui remotivera la cohorte. Comptez d’ailleurs dans ce cas sur les instances pour faire monter la Chantilly sur le kouglof aux Champs-Elysées.

Alors, le sport un danger ? Faut pas dire ça mon brave, mais le fanatisme, d’autant plus quand il est chauvin, oui.

Patrick

Publié dans billet | Commentaires fermés sur L’agoraphobe

Semaine fédérale de Dijon

sf2016Un petit rappel, la SF 2016 c’est à Dijon du dimanche 31 juillet au dimanche 7 août. ET si vous cherchez plus d’information, le mieux est encore de se reporter au site ad hoc : http://sf2016.ffct.org/fr/accueil/

Cette année la Confrérie n’y sera pas, surtout parce que la logistique pour y installer et y tenir un stand est trop lourde pour trop peu de retombées positives. Mais que cela ne vous gâche pas le plaisir de découvrir les routes de la Côte d’Or.

Publié dans agenda | Commentaires fermés sur Semaine fédérale de Dijon

Belfort 2016 vu par Denis

C’est maintenant par les yeux (et l’objectif) de l’organisateur que nous allons revoir le séjour de Belfort.

Strueth-fontaine-aux-trois-canons

A Strueth, la fontaine aux trois canons, bonne occasion d’une brève pause

Louis et Johanne concentrés pendant la montée vers le Ballon d'Alsace, André... moins.

Louis et Johanne concentrés pendant la montée vers le Ballon d’Alsace, André… moins.

Continuer la lecture

Publié dans agenda, voyages | Commentaires fermés sur Belfort 2016 vu par Denis

Trois quatorze cent seize

Notre Apôtre Riton, Henri Bosc pour les éloignés de la chose sixcentcinquantiste, président d’honneur de la Confrérie des 650, est un penseur de haut vol. Voilà de nombreuses décennies qu’il a, dans son antre ruthénien et grâce à de savants calculs à base de théorèmes hellènes, théorisé la suprématie de la roue de 584 par rapport à ses concurrentes. Même les Américains de la Silicon Valley, bien connus pour être les maîtres du calcul par l’écran et la toile, s’avouent aujourd’hui dépassés et, battus sur leur terrain, renvoient vers l’Europe et le monde le 650 B d’Henri comme la panacée. En changeant le nom toutefois (en 27″5) ; peut-on leur reprocher de ne pas vouloir tout à fait paraître ridicules ?

Aujourd’hui notre Henri émet une autre règle imparable, dont chacun aura constaté les effets sans pouvoir correctement mettre la chose en équation. Voici les bases, forcément simplifiées, nous ne sommes que des béotiens, de l’analyse du chercheur ès bicyclette :

Si la pente (x) se mesure en pourcentage par rapport au nombre de watts (w) développés par le cycliste (c), il est démontré que du fait du temps (t) qui passe selon une échelle de 365 jours par an, ce dernier facteur agit sur la carcasse de c. De ce fait, et là s’exprime le génie de notre président d’honneur, qui n’est pas à ce poste par hasard, cette équation en est la preuve, on peut en conclure :

s’il est impossible de stopper t, c prend de la bouteille. Soit c plus la bouteille égale une augmentation proportionnelle de x. Selon les calculs d’Henri, il est donc facile de conclure que la pente x prend environ 2 degrés de pente supplémentaire pour 5 années d’âge sur c.

…Et le prix Nobel de physique, hein, il sera pour qui ?

Patrick (note du rédacteur : c’est la signature, pas la réponse à la question précédente)

Publié dans billet | Commentaires fermés sur Trois quatorze cent seize

A la tienne Etienne !

Le vin, qui me contredira, c’est de la convivialité liquide, de l’amitié en bouteille, de la pommade veloutée capable de soulager les égratignures que la vie impose à l’âme. Alors nous, ce produit, il nous correspond. Car si nous prétendons être des cyclistes d’expérience, notre monde de cyclos se vit aussi, nous l’avons déjà dit, une fois les deux pieds par terre.

Il y a donc longtemps que nous avons entériné le fait que, si nous sommes géographiquement assez éloignés les uns des autres pour ne pouvoir nous rencontrer plus d’une fois par trimestre, le vin, produit festif par excellence, peut être une sorte de lien pour unir dans l’esprit des sixcentcinquantistes en mal de partage.

C’est pourquoi nous avons lancé la cuvée « Confrérie des 650 ». Mitonnée par un vigneron du Gers, Denis Capmartin, avec qui nous travaillons depuis les débuts de l’affaire. Il s’agit d’un rouge Madiran de très belle facture puisqu’il s’inscrit sans peine dans le classement des meilleurs concours.

Sur les qualités œnologiques du précieux breuvage, je ne m’étendrai pas. C’est là une affaire de spécialistes et je n’en suis pas un. S’il a des notes de fleurs rouges ou blanches, un nez poivré ou une grande longueur en bouche ? « Je n’en ai aucune idée ! » Et après tout est-ce important ? Ce qui est sûr c’est que c’est du bon ! Il offre sans peine aux confrères la possibilité de mettre sur leur table en accueillant des amis, un peu de leur association et de sa façon d’envisager la vie. Quant au slogan : « à consommer avec modération », faudrait pas, encore une fois, que les autorités nous prennent pour des billes, on peut boire un petit coup sans devenir des ivrognes.

Les adhérents à jour de cotisation trouveront leur bon de commande dans le n° 40 de leur revue.

Publié dans billet | Commentaires fermés sur A la tienne Etienne !

Au café

MondeHier dimanche, comme souvent, je profite de la fraîcheur matinale pour un café/journal en terrasse. Dans les suppléments « magazine » (du journal, pas du café), le Monde propose huit pages « vélos ». Au pluriel parce qu’il s’agit surtout de présenter les « nouvelles tribus » du cyclisme actuel. Donc surtout destiné à un public béotien, mais c’est un bon indicateur des perceptions répandues (chez les lecteurs).

Un des articles offre ce titre : « le vélo, c’est un sport de dinosaures en train de devenir tendance… », ça résume assez bien l’esprit des huit pages. « Dinosaures » c’est parce qu’au Monde on est trop bien élevé pour utiliser des termes comme pue-la-sueur ou prolo, mais l’idée générale c’est bien celle d’une certaine « gentrification » qui rend la machine enfin fréquentable.  L’effort d’accord, mais avec un minimum de style.

L’autre idée, c’est celle d’un éclatement des deux anciens groupes assez homogènes (les sportifs et les cyclo-touristes) en multiples tribus avec des pratiques et des styles différents. Illustration par une série d’articles courts inspirés du jeu des sept familles : dans la famille vélo, je voudrais… Il y a donc le « papa lycra » (les sportifs traditionnels), le neveu coursier (un jeune messager urbain en « fixie »), la maman catho (sur vélo hollandais), le frère boulot (une catégorie qui monte), la sœur bobo (les légumes bio sur son porteur), et … le papy touriste, celui qui bichonne son engin traditionnel pour chevaucher crinière blanche au vent, mais qui commence à s’intéresser au VAE, âge et kilos obligent.

Ce qui transparait dans toutes ces pages, c’est l’importance prise par le mode de consommation. Tu es visible en fonction du style affiché, c’est à dire des produits qui composent ton personnage. Et ceci quel que soit ton statut réel. Ce qui me fait aussi penser que pour exister, nous ne devons pas raisonner selon ce que nous rejetons (les couraillons, le produit jetable), mais bien plus par les valeurs positives que nous pouvons représenter : le durable, le voyage lent, le savoir-faire artisanal, l’associatif constructif, etc.

En exergue d’un des articles, cette citation de Michel Audiard : « Les gens qui n’aiment pas le vélo nous ennuient, même quand ils n’en parlent pas »

Publié dans billet | Commentaires fermés sur Au café

Sur le casque

Notre numéro 40 va bientôt débarquer dans la boite aux lettres des adhérents, et il contient notamment un article sur une énorme étude comparative réalisée au Canada sur les effets du port du casque durant plusieurs années. L’article détaille en français les conclusions de l’étude (en anglais elle), et pour ceux qui voudraient se reporter au document original, nous le mettons en libre accès, en cliquant sur ce lien : etude_casque .

La seule contrainte pour cette diffusion, c’est de citer les références du document original, ce que je fais : Teschke K, Koehoorn M, Shen H,et al.Bicycling injury hospitalisation rates in Canadian jurisdictions: analyses examining associations with helmet legislation and mode share.BMJOpen 2015;5:e008052.doi:10.1136

Publié dans Canada, pratiquer | Commentaires fermés sur Sur le casque