Les pneus « Confrérie des 650 » dispos auprès de l’association !

Motivée par plusieurs facteurs autant éthiques que techniques ou commerciaux, la Confrérie des 650 change son fusil d’épaule en ce qui concerne la vente de ses pneumatiques « Confrérie des 650 – Hutchinson ».

Si, jusqu’à présent, elle limitait la vente directe de ses pneus aux rencontres physiques sur le terrain, elle ouvre désormais ses étagères tout au long de l’année.

Cependant, désireuse de demeurer association et de ne pas s’inscrire dans le domaine purement commercial, ces ventes sont réservées aux seuls adhérents à jour de leur cotisation.

Les commandes, au tarif très avantageux, pour les deux premiers, sans limite de nombre à un tarif autre, sont donc à adresser à : utilisateurspneuconfrerie AT laposte DOT net. Les pneus seront envoyés par correspondance, le prix d’envoi ajouté au coût des pneumatiques. Quant aux prix, ils sont détaillés dans le n° 45 de la revue « le Sixcentcinquante ».

Publié dans matériel, pneu | Commentaires fermés sur Les pneus « Confrérie des 650 » dispos auprès de l’association !

9 décembre : la sardinade

Le 9 décembre, c’est un dimanche. Et c’est aussi la date de la sardinade confrériale, qui cette année aura lieu à Gallargues-le-Montueux (c’est dans le Gard).

Pour participer, rien de bien compliqué : dans un premier temps, prévenir les organisateurs (confreriedes650 AT wanadoo DOT fr) pour que les victuailles soient prévues.
Dans un deuxième temps, se présenter en tenue décente (c’est à dire sur son vélo) au lieu de rendez-vous, le moulin de Carrière (c’est à 2 km de la gare, le long de la Vidourle) le 9 décembre à 9h30 pour le départ de la randonnée cyclotouriste apéritive. Bon appétit.

Publié dans agenda | Commentaires fermés sur 9 décembre : la sardinade

Onze novembre printanier en Basse-Normandie

Ce que c’est que les a priori ! Le populaire pensait tout haut que « un 11 novembre du côté de Cherbourg, fallait prévoir les gants et l’imperméable… » Et bien non ! Nous autres participants au week-end confrérial du 11 novembre n’avons eu qu’à apprécier les magnifiques paysages, les ciels fabuleux et les villages de granit sous le soleil d’automne.

Parce que pour un beau séjour, ce fut un beau séjour. Nous avions même un guide, amateur, André tient à la précision, mais qui nous permit de découvrir l’histoire du pays et une foultitude d’écrins de verdure que nous n’aurions jamais fréquenté sans lui.

Au final, trois jours de balades printanières du val de Saire au cap de la Hague, de Cherbourg-Octeville à Gruchy, hameau près de la commune de Greville-Hague où naquit un jour Jean-François Millet.

Et l’organisateur c’était qui ? Loïc, une nouvelle fois ! Comme quoi l’homme est particulièrement futé pour faire découvrir des choses et pour maîtriser le temps. Faut dire qu’il possède pour commander des météos clémentes le mail de Saint-Pierre et même, m’a-t-on dit, celui du Grand Patron. Ça aide !

Publié dans 11 novembre | Commentaires fermés sur Onze novembre printanier en Basse-Normandie

Vendue : « Evolution 2 » taille 53

Randonneuse Confrérie 650B  Evolution2 (Constructeur : Hannart)
Taille : L54 x H53, triple Plateaux : 46 38 28, manivelles Stronglight escape170
Roues Rigida, groupe campa cassette : 9 v, selle Brooks
Eclairage : basta halogène, dynamo sous bases

Vendue avec :
– Sacoche Berthoud
– 2éme Roue arrière avec cassette 9v
– pompe, compteur et 2 bidons assortis aux couleurs du cadre

 Prix 500€
La randonneuse est vendue.

 

Publié dans matériel, occasions | Commentaires fermés sur Vendue : « Evolution 2 » taille 53

Prochaine sardinade : 9 décembre, Gallargues le Montueux

En 2018 encore, la Confrérie des 650 concluera le cycle de ses rencontres festives avec sa bien-nommée sardinade de Noël. Le rendez-vous est fixé le 9 decembre à 9 h 30, au moulin de Carrière, le long du Vidourle, en bout de chemin de l’Espéron, sur le territoire de Gallargues-le-Montueux (30). La balade, tracée sur les petites routes gardoises par notre Raymond « croquignol » Cros, ouvrira les appétits pour la dégustation des  sardines et autres salades et dessert. Le coût de cette orgie halieutique demeurera ridiculement bas, le prix modique des ingrédients sera divisé par le nombre de participants. Seule obligation pour gagner le droit de vous mettre à table, vous inscrire !!! Auprès de la Confrérie, par téléphone, mail, courrier, pigeons voyageurs ou estafette à cheval. Le reste : rires, sourires et amusements de tous poils on s’en charge.

sous le marqueur, le moulin

Publié dans agenda | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Prochaine sardinade : 9 décembre, Gallargues le Montueux

Dimanche 11 novembre : Val de Saire

Un rappel pour les étourdis : vous pouvez vous inscrire pour la réunion autour du 11 novembre jusqu’à jeudi (1er novembre). L’inscription c’est sur la page ad hoc.

Descriptif de la journée du dimanche 11 novembre (par le voltigeur-éclaireur Loïc)

Après les bosses à répétition de la veille, place à une sortie, plus longue mais plus régulière, que je peux résumer ainsi : plat-côte-descente-côte-descente-grimpette-descente-plat. Le plat, c’est l’ inévitable piste cyclable qu’ il faut prendre pour atteindre et traverser Cherbourg puis Tourlaville. Mais, dès la sortie de l’agglomération, arrêt au château des Ravalet. Château Renaissance construit à l’ emplacement et avec les pierres d’ un château féodal dont il reste la base du donjon. Un parc, de 14 ha, visitable, combine jardins à la française et jardins à l’anglaise.
Ensuite, vient la côte. Au sommet, l’ arrêt devant la curieuse église de Digosville (on ne prononce pas le « s ») vous permettra de souffler. Puis, c’ est la descente, tranquille, pépère, le long de la Saire. Un lavoir, un étang seront prétextes à de brefs arrêts, avant celui plus conséquent du Vast. (on ne prononce pas…) commune renommée pour sa cascade (on prononce le « s ») et ses deux boulangers qui revendiquent la paternité de « La brioche du Vast ». André vous donnera sa version à lui de l’ histoire, et lui, ce qu’ il trouve le meilleur chez ces artisans, c’ est le gateau de Savoie. Mais, fond de vallée implique remontée, ce que nous ferons jusqu’ à Saint Pierre Eglise connu pour son château et son curé ( 17ème ou 18ème siècle) qui imagina un « projet de traité pour une paix perpétuelle » . N’ aurait il pas été lu par les grands de ce monde ?
A nouveau, descente jusqu’ à la vallée des moulins et le site du viaduc de Fermanville. Profitez de l’ arrêt pour admirer les faitages et les épis de faîtages en poterie. Grimpette, courte mais bonne, puis redescente tranquille jusqu’ au fort Levy, construit fin XIX ème siècle pour abriter des pièces d’artillerie. Pour se prémunir de qui ?
Descente tranquille, lacis de pistes cyclables et nous voilà dans Cherbourg. Un regard sur le « Redoutable » et nous enquillons la piste cyclable pour revenir à Urville.

kilométrage : 75, dénivelée : 655 m.

Publié dans 11 novembre, agenda | Commentaires fermés sur Dimanche 11 novembre : Val de Saire

Loïc nous présente le parcours du 10 novembre

Avec un petit rappel préalable : les inscriptions sont toujours ouvertes et le formulaire se trouve sur la page spécifique.

Samedi 10 novembre vers La Hague

Nous n’ aurons pas fait 300 m que nous nous arrêterons déjà au manoir de « Dur Ecu » . Nous continuerons en longeant le littoral, et, après une petite grimpette, halte pour admirer le panorama de « Landemer ». On finit la côte à pied pour reprendre la « grand » route que nous quitterons quasiment aussitôt, direction « Hameau Grouchy » et la maison natale du peintre de la vie paysanne : Jean François Millet. Le musée ne sera sans doute pas ouvert, il faudra se contenter de quelques reproductions qui jalonnent le bourg.
Nous remonterons sur Gréville Hague. Ici, halte obligatoire : panneau explicatif sur l’église du lieu et J-F. Millet. Halte aussi à la boulangerie pour déguster la spécialité locale : le « Grévillais ». (si tout le monde en veut, prévoir la commande). Nous continuerons ensuite sur une grande (à l’ échelle de la Hague) départementale jusqu’ au manoir du Tourp, bel ensemble renaissance. Sans doute sera t’il trop tôt pour manger. Dommage, il y a toutes les commodités et un magnifique pigeonnier qui aurait pu nous recevoir, quel que soit le temps.
Reprenant mais pas pour longtemps la D 45, nous plongerons (ATTENTION à la descente : revêtement impeccable, mais route sinueuse sans grande visibilité) sur le port d’ Omonville la Rogue. Encore quelques coups de pédales, et nous arriverons à Omonville la Petite. Halte sur la tombe de Jaques Prévert (y laisserez-vous un galet, un petit mot, une coquille St Jacques comme certains le font ?) et sa maison qui sera visitable pour les personnes intéressées (5€). Un peu plus loin, arrêt à St Germain des Vaux, Port Racine, le plus petit port de France dit-on. Plus loin, toujours sur la D 45, Auderville et la plongée vers Goury, notre pointe du Raz (Blanchard) à nous, avec son canot de sauvetage. André vous y contera sans doute le destin tragique de l’ équipage du sous marin « Vendémiaire ».
En remontant sur Auderville, peut être vous direz vous « que ce paysage ne m’ est pas inconnu ». Le film « Tess » y a été tourné. Sitôt parvenu à Auderville, on quitte ce village, quelques hectomètres, et c’ est le magnifique spectacle de la baie d’ Escalgrain (on ne prononce pas le « s »). Y voyez-vous une petie proéminence au bout ? C’est l’ anse du Culeron. Vous y trouverez (dans une autre sortie, un autre jour et autrement qu’ à vélo) les roches les plus vieilles de France : 2 milliards d’ années ! Le temps de remonter la vallée et de bifurquer à droite, nous voilà au « Nez de Jobourg » avec vue sur la baie d’ Escalgrain sous un autre angle, et, de l’ autre côté, l’ Anse de Vauville et sa magnifique plage.
Revenant à Jobourg, nous pouvons aller, si le coeur nous en dit, devant le siège du « CROSSMA », le gendarme du trafic en Manche. Nous longerons l’usine de retraitement de la Hague pendant quelques hectomètres. Les moins fatigués ou les plus avides de paysages sensationnels bifurqueront à droite pour un nouveau panorama sur l’ anse de Vauville…et auront beaucoup à raconter sur la remontée par la côte d’ Herquemoulin. Les autres gagneront directement la capitale de la Hague : Beaumont Hague. Une derinère curiosité sur le chemin du retour : le « Hague dick », un talus qui barrait la Hague dans toute sa largeur à cet endroit (2,7 km) et dont l’ origine et la fonction précises sont encore un peu mystérieuses. Après le Hague Dick, nous retrouverons la D 45 et repasserons à Gréville Hague. Profitez de l’ arrêt pour râfler les derniers « Grévillais » et ensuite, laisser vous glisser jusqu’ au gîte.

Kilométrage : 52,5 (60 d’ après le compteur à André). Dénivelée : 890 m Temps (avec beaucoup d’ arrêts) 10h30/16h45 lors de la reconnaissance du parcours.

Publié dans 11 novembre, agenda | Commentaires fermés sur Loïc nous présente le parcours du 10 novembre

Les oiseaux de mauvais augure

Faudrait pas être ceux-là, mais force est de constater que les temps s’assombrissent ! Peu de gens semblent conscients qu’il est grand temps de bouger leur popotin, de réduire la voilure, pour que dame planète renonce à mettre le olla définitif au grand chambardement.
Au coeur du domaine que nous maîtrisons (un peu), nous autres à la Confrérie avons toujours tenté d’éviter la panurgite commerciale coupable et d’intégrer dans notre travail la dimension respect environnemental. Car dans le cycle comme ailleurs, des margoulins « encravatés » ne pensent que profit et chiffre d’affaire maintenant que le vélo est fort dans l’air du temps.
Ainsi se succèdent à la vitesse « V » les fausses nouveautés et les pseudos révolutions techniques (pour les détails nous consulter. Mais exemple tout de même : les vélos sont aujourd’hui connectés, une prise USB branchée sur le générateur permet au geek cycliste de brancher I-phone et tablette en direct. A quand la turbine glissée dans la chasse d’eau des chiottes pour que les quidam, quand même nombreux à venir en ces lieux, puissent ne pas perdre la ligne pendant qu’ils officient ?).
Notre propos, dans la pratique de la bicyclette, n’est pas de coller à la vitrine bling-bling. Ni d’avaler béat le discours technologique d’un ingénieur qualifié dans l’invention futuriste et dans le fonctionnement de la caisse électronique mais peu formé aux exigences d’une machine de tourisme bien née. Fi donc à la Confrérie des transmissions 2 x 11, voire 1 x 12 qui vrillent la chaîne, plus fine par obligation et qui, comme pour les maillots de bains féminins, sont d’autant plus chères qu’il y a moins de matière. Fi des freins à disques qui obligent à renforcer les fourches et font bien compliqué quand on peut faire très simple. Parce que de bons cantis, bloquent sans peine les roues sur n’importe quel type de terrains, les freins à disques font-ils repartir en arrière ? Passons sur l’élémentaire fait qu’à vélo le plus souvent : blocage de roues égale gamelle.
Tout cela pour vous dire, à vous autres spécimens d’un autre âge qui réfléchissez un brin, pour vous et pour votre progéniture, à ce qui touche au nécessaire par rapport à un superflu à fondement par trop commercial, que nous travaillons encore sur notre randonneuse Aubrac II. Les attentifs auront constaté qu’elle n’est pas tout à fait finalisée et que sa fiche technique n’est pas encore en ligne. Mais cette dernière sera encore plus conforme à notre façon de voir.
Nous plaidons coupables ! Nous avons parfois trop facilement cédé aux trompettes de la facilité. Cette fois, mordicus, nous résisterons coûte que coûte. Bien sûr, les pimpims modernistes nous traiterons de vieux croûtons réacs… Qu’importe, comparons s’ils le souhaitent notre nombre de kilomètres parcourus et le leur, leur expérience du voyage à vélo et le nôtre. Nous autres parlons de bicyclette militante dans une époque où rien ne peut plus être superficiel. Quant à la modernité, comme disait quelqu’un : « c’est quand c’est mieux, pas quand c’est neuf ! »

Patrick

Publié dans billet | Commentaires fermés sur Les oiseaux de mauvais augure

La prochaine sardinade : dimanche 9 décembre

L’automne est là et déjà nous préparons la traditionnelle sardinade, qui cette année s’éloigne  un peu (très peu) de la mer, puisque la petite boucle prévue (une trentaine de kilomètres) se déroule sur le territoire de Gallargues-le-Montueux à partir du Moulin de Carrière.
Le point de ralliement (Le moulin de Carrière) est le long du Vidourle, en bout de chemin de l’Espéron. La balade part du moulin à 9h30 et y revient pour l’apéro et la sardinade.

A noter pour les plus éco-responsables qu’une gare TER existe à Codognan, permettant un acheminement sans voiture.

Pour que les victuailles soient elles aussi au rendez-vous en quantité suffisantes, les participants devront s’inscrire auprès de Chantal : confreriedes650 AT wanadoo DOT fr (ou par téléphone) en précisant le mot magique « sardinade ».

Par respect pour les cyclos et pour la Confrérie des 650 qui ne souhaitent pas renoncer à leurs valeurs d’efforts physiques et d’engagement écologiques et sociaux, merci, sauf cas de force majeure, d’éviter l’utilisation de VAE

sous le point bleu le départ au moulin

Publié dans agenda | Marqué avec | Commentaires fermés sur La prochaine sardinade : dimanche 9 décembre

11 novembre : la sortie du vendredi

Loïc nous informe du parcours de la première journée de la rencontre du 11 novembre.

Pendant ces 3 jours, nous serons accompagnés par André, cyclo cherbourgeois, féru d’ histoire locale.

Départ vendredi à 14h30 d’ Urville. Après quelques kilomètres au plus près de la côte, nous atteindrons le fort de Querqueville, extrémité ouest de la rade. Ensuite, nous monterons sur les hauteurs d’ Equeurdreville (rassurez vous, rien à voir avec le Ventoux, c’ est même beaucoup plus facile que la montée du fort du Roule, initialement prévue). Depuis un espace vert, nous pourrons souffler et jouir d’ une vue panoramique sur l’ intégralité de la rade, panneaux explicatifs fournis. Et, s’ ils ne suffisent pas, il y aura André.
Puis, nous nous laisserons descendre jusqu’ à la côte, et nous gagnerons Cherbourg par la voie cyclable en site propre du littoral. Déambulation dans Cherbourg sous la houlette d’ André et retour par la voie cyclable.
Le dernier kilomètre se faisant par la route départementale, gilet fluo et éclairage en état de marche OBLIGATOIRES.

Kilométrage : 25/30 km ;
Dénivelé : < 50m ;
Durée : elle dépendra du nombre de questions que vous poserez à André.

Derrière notre camarade, il y a la rade de Cherbourg.

Publié dans 11 novembre, agenda | Marqué avec | Commentaires fermés sur 11 novembre : la sortie du vendredi