Quand ça veut pas…

La sortie pascale qui devait être l’occasion de printanières retrouvailles à Bessilles menaçait de tourner, pour cause d’Autan peu coopératif, à la grande débacle. Les organisateurs nous informent de l’annulation de la sortie, en prometant que ce n’est que partie remise.

Publié dans agenda | Commentaires fermés sur Quand ça veut pas…

Une randonneuse 57 cm

Randonneuse 650B Gilles Berthoud taille 57 x 57 en Reynolds 531 de 2000.
Triple plateaux, Selle Brook, sacoche avant Berthoud, garde-boue inox, indexation aux leviers Campagnolo

Kit “électrique“ sur roue arrière, batterie dans la gourde.
Vélo vendu avec sa roue d’origine. Possibilité d’enlever le kit.
Prix 2800 euros à débattre.

E-mail : hj.daujat(Replace this parenthesis with the @ sign)wanadoo.fr
Tél : 06 84 92 09 33

Publié dans matériel, occasions | Marqué avec | Commentaires fermés sur Une randonneuse 57 cm

Pâques en Languedoc…bis

Pour ceux qui souhaitent se retrouver pour « Pâques en Languedoc », le point de rendez-vous c’est devant la gare de Sète (qui est en train de remplacer celle de Perpignan comme centre du monde…cyclotouriste) dimanche 21 avril à 9 heures.

Publié dans non classé | Commentaires fermés sur Pâques en Languedoc…bis

Un nouveau lot…

…de notre polo confrérial va bientôt être lancé. Si cet accessoire n’est pas absolument indispensable pour rouler, il vous permettra de vous afficher en soirée après une bonne journée d’efforts.

Pour se le procurer, c’est toujours la même procédure (détaillée sur la revue) : vous contactez Johanne, notre trésorière, qui se charge de collationner les demandes. Il y a un bon de commande ici : http://confreriedes650.org/wp-content/uploads/2016/07/polo.png

Publié dans non classé | Commentaires fermés sur Un nouveau lot…

Pâques en Languedoc

Vélocio était un pur ! Humble, épicurien et bon camarade ; il allait même, lui le végétarien motivé, jusqu’à manger un bout de viande pour ne pas heurter la maîtresse de maison lorsqu’il était invité. Il considérait déjà que le vélo demeurait pour de multiples raisons une bien belle chose à opposer aux autos dont pourtant, à l’époque, le nombre ne polluait ni les espaces ni les poumons. Certaines de ses idées persistent encore aujourd’hui dans le cerveau de quelques vieux pelés, par l’âge, et de quelques tondus, par la société de consommation. Parmi elles, l’idée d’une organisation dont le but avoué demeurait de retrouver les copains aux premiers jours de beau temps, annonciateurs de superbes virées cyclistes : Pâques en Provence.
L’organisation a traversé le temps, mais c’est de nos jours une fédération devenue bien consumériste et parfaitement inscrite dans une société à l’opposé des considérations du Maître qui monte ses calicots en une cité provençale, différente chaque année. S’y retrouve tout ce qui pédale. Et sur ce point déjà il y aurait à dire, tant certaines façons de faire et de penser sont éloignées de la philosophie de Monsieur Paul (de Vivie dit Vélocio). Mais il y a pire ; le rendez-vous, comme d’autres dans ce qu’est aujourd’hui le milieu du vélo, est devenu un grand barnum commercial où s’agglutinent et profitent des stands qui n’ont que de très loin rapport à la bicyclette : pinards, fromages et autres produits présentés comme locaux, organisateurs de randonnées payantes, comme si le cycliste n’était pas un grand garçon capable de choisir lui-même sa destination, propositions d’hébergements, payants bien entendu, savons, miels et autres baraques à frites-merguez qui, outre le fait d’engraisser physiquement le consommateur, s’engraissent financièrement eux-mêmes en même temps que la fédération qui loue le droit d’installation et l’emplacement. Quant à l’intimité du rendez-vous d’origine, il n’est plus qu’un mythe dont l’origine et le but demeurent inconnus des milliers de participants, cyclistes de la dernière mode ayant découvert le vélo avec le battage du discours ambiant, la retransmission du Tour à la télé et les exploits de Thomas Voeckler.
Nous autres confrères, pas tous des vieux croûtons comme cités plus haut mais tous attachés à ce qui nous semble raisonnable lorsque l’on pratique la bicyclette selon un certain angle social, ne prétendons pas, hélas, ramener son utilisation vers une vision décroissante, seule modernité car porteuse du seul espoir de voir la survie de l’humanité. Mais essayons au moins de faire survivre au sein de notre association des valeurs qui, pour anciennes qu’elles soient, sont toujours à la pointe de ce que l’on peut nommer le vrai progrès : solidarité, humilité, simplicité, économie, fraternité, égalité, réflexion sur l’avenir.
C’est donc à l’initiative de notre Raymond personnel, que nous organiserons le dimanche de Pâques, un Pâques en Languedoc, loin de la fête à neuneu, des budgets mirobolants et des performances. Les confrères et leurs copains sont donc invités à venir à la base de Bessilles (34 Montagnac) avec pour bagages leur vélo, quatre bouts de pain et une boîte de pâté dans la sacoche pour, à midi, tirer leur repas du sac. Le projet : vivre un nouveau moment de pédalage en commun, de rires et de partage pour retrouver, conscient ou non, l’esprit de Vélocio. Le concept est simple, noble, comme à notre sens devrait l’être le cerveau de tous ceux qui cyclent et qui devraient comprendre le lien indissoluble existant entre le pédalage et l’intellect, tous deux unis et capables de rincer les comportements goudronnés par des siècles d’égoïsme et ainsi de remettre les hommes et la planète dans le sens qui ira bien.

Patrick

Publié dans agenda | Commentaires fermés sur Pâques en Languedoc

Pas-de-Calais…pour les insouciants

Soyez pas aussi tarte que le grand Mimi Coluche qui, voyant le panneau « Pas-de-Calais », s’était écrié : « Z’aurait-pu le dire avant on s’rait pas venu !.. » Parce qu’il y a bien un Pas-de-Calais, et même que nous y tiendrons notre assemblée générale à l’Ascension 2019. A Licques précisément.
Mais au plus grand nombre je n’apprends rien, tant nous le rabâchons depuis une infinité de semaines.
Seulement voilà, contrairement au tronc commun qui affirme que seuls entre 62 et 59 pousse le charbon et s’étend la morne plaine, le pays est aussi touristique qu’un autre. C’est pourquoi, pour se mettre à l’abri d’un éventuel grain qui, pendant la nuit, pourrait venir rafraîchir l’atmosphère, il est nécessaire de réserver longuement à l’avance.
Alors, au-delà des prudents qui ont déjà informé par écrit le copain Jean-Marie, l’organisateur, les retardataires pourraient bien ne plus trouver de place au sein de la chaleur du groupe dans l’enceinte du camping (tentes, camping-car ou bungalows). Ce qui ne les empêcherait pas de participer, mais logés dans les derniers coins de solitude désolés où ne subsistent que quelques hôtels, sinon borgnes au moins mal-voyants ou des terrains vagues où les camping-cars demeurent menacés par la pègre.
Non « Boyaux rouges » ne vous fâchez pas, je plaisante !
Boutades simplement pour informer les confrères désireux de participer mais qui n’ont pas encore réservé leur séjour pour venir partager les balades cyclistes, les visites culturelles et la grande camaraderie qui lie les sixcentcinquantistes, qu’il faudrait qu’ils se magnent un petit peu la rondelle…

Patrick

Publié dans agenda, assemblée générale | Commentaires fermés sur Pas-de-Calais…pour les insouciants

L’organisation du copain Jean-Claude

Abonné récent mais particulièrement sympa et actif, notre copain Jean-Claude propose aux cyclistes de tous types de venir le rejoindre les 12, 13 et 14 avril pour trois jours de balades tranquilles à travers les paysages si particulier du plateau du Larzac où il réside. Les parcours sont étudiés pour que chacun y trouve son compte, quel que soit sa machine et sa façon de l’utiliser. Le dimanche, même, deux parcours, l’un court, l’autre plus long seront proposés.

Quant aux règles, elles sont simples et Jean-Claude les énumèrent simplement : esprit cyclotouriste, découverte et convivialité, chacun prend son temps… et pas de frais d’inscription.

Les parcours se dérouleront en boucle au départ de Montdardier (30120), afin que chacun parte et revienne au point de départ.

Pas encore adhérent de la Confrérie, mais seulement abonné, parce qu’il a rencontré sa randonneuse 700 avant de découvrir la Confrérie des 650, Jean-Claude ne revendique pas l’intégration de sa rencontre dans celles officielles de l’association. Mais de notre côté, même s’il roule effectivement sur le diamètre d’en face nous le considérons comme un membre de la famille.

Allez donc vous faire plaisir avec lui en cette prochaine mi-avril sur les petites routes désertes du plateau larzaquois. Et recueillez-vous un instant au passage en pensant à l’armée française qui y réside toujours, certes, mais sans trop faire de vagues, tant elle se souvient qu’elle essuya ici quelques revers musclés et y brisa quelques lances dans le courant des années 70.

Pour tout renseignement, tél : 06 17 01 64 63 et courriel : naecoblue120(Replace this parenthesis with the @ sign)gmail.com

Publié dans agenda | Commentaires fermés sur L’organisation du copain Jean-Claude

Anduze – Avignon, l’apothéose des cyclistes

Subsiste toujours le petit pincement frisquet sous les frusques au moment du départ, nous ne sommes qu’au mois de mars. Mais au fil des heures se met en place une journée de printemps sous un ciel bleu sans nuage et 24° au thermomètre. Le profil ? Ben grosso modo le même.  À croire que dans ce pays la pente ne connaît qu’un seul sens. « La traversée de la garrigue gardoise avait dit l’organisateur ! » Mais la garrigue, gardoise ou non, en principe c’est des collines et des combes. Au final, autant de dénivelé que sur les autres étapes.

Final en apothéose ensuite avec la visite et la dégustation à la cave des vins de Tavel puis la plongée sur Villeneuve-les-Avignon et enfin la cité des Papes, guidés par les copains Alain et Raymond venus nous rejoindre pour cette dernière étape. Pierrot, l’organisateur, nous avait arrangé une entrevue avec le Pape, au palais : le Saint-Père est absent nous signale un suisse ! Une urgence paraît-il avec son cousin François..
Patrick

Publié dans hivernale | Marqué avec | Commentaires fermés sur Anduze – Avignon, l’apothéose des cyclistes

Le Rosier – Anduze

Les journée se suivent et de ressemblent. Du soleil mais le matin on appréhende d’avoir du givre sur les chaussettes. Quant à la question grimpette, on passe de l’une à l’autre sans même avoir le temps d’apprécier les descentes. Encore aujourd’hui 200 m de dénivelé positif en 100 bornes. Heureusement que pour se défouler on s’est organisé une partie de manivelles entre Saint André de Valborgne et Saint Jean du Gard. À fond les ballons comme sur une classique pro. De grands enfants je vous dis. Enfin, il faut bien que jeunesse se passe.

Patrick

Publié dans hivernale | Marqué avec | Commentaires fermés sur Le Rosier – Anduze

Rodez le Rosier, beau mais frisquet

Sortir de Rodez à 9 h du mat c est pas de la tarte. Heureusement qu’après que du cool. Enfin question autos, parce que pour la question bosse : on a donné. Et puis à 1.000 m au col d’Enguaresque, fallait serrer les miches sous les vêtements mouillés.
Et puis, il y a eu la descente vers la vallée du Tarn. Et là, magique. Paraît que le grand John Ford voulait y tourner un western en remplaçant les chevaux par des randonneuses. C’est cet emplâtre de John Wayne qu’à pas voulu signer. Et déguiser Virenque en cow-boy, Ford il le sentait pas. Mais nous on l’a bien senti… Tout schuss jusqu’au Rosier. Quant à la bouffe du soir saupoudrée des couillonnades dont la confrérie à le secret : un must !

Publié dans hivernale | Marqué avec | Commentaires fermés sur Rodez le Rosier, beau mais frisquet