Et vous, ces fêtes ?..

Non parce que j’en connais qui sont encore un peu lourds de l’abdomen, un peu vaseux de la comprenette. Vérification est encore une fois faite, que la fontaine de chocolat, la bûche glacée ou la galette à la frangipane, c’est comme la natation, c’est pas vraiment compatible avec la pratique du vélo. Pour qualifier les premières sorties 2016, il faut plus évoquer le godillot façon rangers que la socquette en dentelle. C’est pas vraiment que les kilomètres sont plus longs que d’habitude, non, c’est plutôt que le départ est difficile et l’arrivée laborieuse. D’autant qu’entre temps, l’estomac rumine et que, mal à l’aise dans la fonction, à intervalle régulier, il engueule la direction centrale pour avoir omis, lors de son remplissage, d’introduire dans le bidon quelques comprimés de citrate de bétaïne.

Bon, ça va passer ! Va bientôt revenir le temps de la pédalée aérienne, de la grimpée « fingers in the nose », de la silhouette de rêve qui fait pamer la totalité des cyclotes croisées, de la vitesse de croisière maintenue sans effort. Ouais ! Remarquez que pour cette dernière on s’en fiche un peu. Depuis le début on vous l’assène : nous la vitesse, on-s’en-fout !!!

Patrick

Ce contenu a été publié dans billet. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.