Du coté de Levallois : Alex Singer

SingerPour tous les cyclotouristes, si on dit « Levallois-Perret », c’est l’image du magasin de cycle Alex Singer qui vient immédiatement à l’esprit. Si le cycliste né en 1905 à Budapest n’a pas bouleversé l’histoire du cyclisme sportif, c’est autre chose dès que l’on parle de l’artisan. Parler d’Alex Singer devant un cyclotouriste c’est comme parler de Chanel ou Dior devant une élégante.

Pour résumer à grands traits, l’ouverture de l’atelier-magasin c’est 1938 (déjà rue Victor Hugo), et à cette date Alex Singer a déjà à son actif un impressionnant parcours cyclotouriste qui l’a fait voyager dans de nombreux pays d’Europe. Le succès des machines, c’est un « bureau d’études » basé sur une solide pratique personnelle (Paris-Brest-Paris Audax, Poly de Chanteloup) et une écoute des confrères de l’Amicale Cyclotouriste de la Banlieue Ouest. La qualité reconnue des machines fut la sauvegarde de l’entreprise lorsque l’étoile de la randonneuse fut obscurcie par les vapeurs des échappements. En 1965 Ernest Csuka pris la suite de son oncle jusqu’à ce qu’Olivier, aprés 2009 reprenne le flambeau.

C’est parce qu’ainsi résumer l’histoire de cette maison est trop schématique que Patrick est allé cet automne à Levallois, ce qui permettra aux abonnés de notre revue d’en apprendre beaucoup plus sur l’actualité du constructeur.  Parce que cette vénérable maison continue à produire ces machines qui font le renom de la randonneuse « à la Française ».

Ce contenu a été publié dans artisan, matériel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.