La mort du triple ?

Les recherches de pièces destinées à notre randonneuse « Aubrac II » nous montrent une nette raréfaction des pédaliers triple disponibles. Le magazine en ligne « road.cc » va plus loin en pronostiquant la disparition de l’espèce. Leurs journalistes sont allés voir les gros producteurs (Shimano au premier plan, Campagnolo et SRAM nettement derrière).

Leurs réponses sont… « nuancés » : pour SRAM, le triple est mort et enterré (dead & buried en version originale), c’est normal, ils misent tout sur le monoplateau avec cassette de 11 ou 12 vitesses. Pour Shimano, le triple reste, mais pour un public différent (groupe Tiagra et en-dessous), dans leur réponse ils évitent soigneusement de parler de cyclos au rabais, mais c’est bien l’idée. Campagnolo reconnait recevoir encore une demande substantielle pour du triple routier, mais ils prévoient manifestement de pousser vers le double compact.

L’article souligne cependant l’existence d’une pratique cyclotouriste qui comptait largement sur le triple et qui se retrouve un peu démunie face aux compacts actuels (50-36 au mieux) et préconise plutôt l’adoption du sub-compact c’est à dire d’un compact 48-32 ou 46-30, encore bien rare dans les catalogues. Notons encore dans l’article l’habituelle complaisance : une demande bien réelle existe, mais comme les services commerciaux poussent dans une autre direction, il n’y a plus qu’à s’incliner…

Et à la Confrérie ? Et bien nous constatons qu’il existe encore quelques bons pédaliers triple, dont le Stronghlight qui équipera Aubrac II, et qui en plus de la triple couronne propose un large choix de longueur de manivelles. Ne lachons rien…

Ce contenu a été publié dans billet, matériel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.