Loïc nous présente le parcours du 10 novembre

Avec un petit rappel préalable : les inscriptions sont toujours ouvertes et le formulaire se trouve sur la page spécifique.

Samedi 10 novembre vers La Hague

Nous n’ aurons pas fait 300 m que nous nous arrêterons déjà au manoir de « Dur Ecu » . Nous continuerons en longeant le littoral, et, après une petite grimpette, halte pour admirer le panorama de « Landemer ». On finit la côte à pied pour reprendre la « grand » route que nous quitterons quasiment aussitôt, direction « Hameau Grouchy » et la maison natale du peintre de la vie paysanne : Jean François Millet. Le musée ne sera sans doute pas ouvert, il faudra se contenter de quelques reproductions qui jalonnent le bourg.
Nous remonterons sur Gréville Hague. Ici, halte obligatoire : panneau explicatif sur l’église du lieu et J-F. Millet. Halte aussi à la boulangerie pour déguster la spécialité locale : le « Grévillais ». (si tout le monde en veut, prévoir la commande). Nous continuerons ensuite sur une grande (à l’ échelle de la Hague) départementale jusqu’ au manoir du Tourp, bel ensemble renaissance. Sans doute sera t’il trop tôt pour manger. Dommage, il y a toutes les commodités et un magnifique pigeonnier qui aurait pu nous recevoir, quel que soit le temps.
Reprenant mais pas pour longtemps la D 45, nous plongerons (ATTENTION à la descente : revêtement impeccable, mais route sinueuse sans grande visibilité) sur le port d’ Omonville la Rogue. Encore quelques coups de pédales, et nous arriverons à Omonville la Petite. Halte sur la tombe de Jaques Prévert (y laisserez-vous un galet, un petit mot, une coquille St Jacques comme certains le font ?) et sa maison qui sera visitable pour les personnes intéressées (5€). Un peu plus loin, arrêt à St Germain des Vaux, Port Racine, le plus petit port de France dit-on. Plus loin, toujours sur la D 45, Auderville et la plongée vers Goury, notre pointe du Raz (Blanchard) à nous, avec son canot de sauvetage. André vous y contera sans doute le destin tragique de l’ équipage du sous marin « Vendémiaire ».
En remontant sur Auderville, peut être vous direz vous « que ce paysage ne m’ est pas inconnu ». Le film « Tess » y a été tourné. Sitôt parvenu à Auderville, on quitte ce village, quelques hectomètres, et c’ est le magnifique spectacle de la baie d’ Escalgrain (on ne prononce pas le « s »). Y voyez-vous une petie proéminence au bout ? C’est l’ anse du Culeron. Vous y trouverez (dans une autre sortie, un autre jour et autrement qu’ à vélo) les roches les plus vieilles de France : 2 milliards d’ années ! Le temps de remonter la vallée et de bifurquer à droite, nous voilà au « Nez de Jobourg » avec vue sur la baie d’ Escalgrain sous un autre angle, et, de l’ autre côté, l’ Anse de Vauville et sa magnifique plage.
Revenant à Jobourg, nous pouvons aller, si le coeur nous en dit, devant le siège du « CROSSMA », le gendarme du trafic en Manche. Nous longerons l’usine de retraitement de la Hague pendant quelques hectomètres. Les moins fatigués ou les plus avides de paysages sensationnels bifurqueront à droite pour un nouveau panorama sur l’ anse de Vauville…et auront beaucoup à raconter sur la remontée par la côte d’ Herquemoulin. Les autres gagneront directement la capitale de la Hague : Beaumont Hague. Une derinère curiosité sur le chemin du retour : le « Hague dick », un talus qui barrait la Hague dans toute sa largeur à cet endroit (2,7 km) et dont l’ origine et la fonction précises sont encore un peu mystérieuses. Après le Hague Dick, nous retrouverons la D 45 et repasserons à Gréville Hague. Profitez de l’ arrêt pour râfler les derniers « Grévillais » et ensuite, laisser vous glisser jusqu’ au gîte.

Kilométrage : 52,5 (60 d’ après le compteur à André). Dénivelée : 890 m Temps (avec beaucoup d’ arrêts) 10h30/16h45 lors de la reconnaissance du parcours.

Ce contenu a été publié dans 11 novembre, agenda. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.