The times they are a changin’

« Y » en a qui ne croient pas au changement climatique ! Ben si ! Deux arguments tangibles viennent étayer mon propos et prouver que sont derrière nous les temps des bonheurs calmes. Le premier est d’ordre climatique. Dorénavant et à chaque fois que les éléments nous concoctent un orage, le malheureux terroir glissé par hasard en-dessous en prend plein la tronche d’immenses volumes de flotte boueux et furieux qui déracinent salles à manger et commodes des sinistrés hagards qui regardent passer les tiroirs.

Le second argument est d’essence technique, témoin de la réaction d’une part des humains. Non pas que ceux-ci considèrent que nos comportements généraux sont coupables, mais que si changement climatique il y a, il y a sûrement moyen d’en tirer des sous. Alors, depuis une ou deux décennies, le passant voir apparaître d’étranges véhicules mutants censés, tels l’EID* pour les moustiques de la Grande Motte, permettre un tant soit peu de lutter indirectement contre les terribles événements. Ces « choses sont munies de deux roues, une devant et une derrière, avec entre les deux des tubes en courbes improbables, des disques façon 33 tours et des énormes ressorts à boudins.

Certes, je suis écolo, mais ces « trucs » bizarres ne me concernent pas, moi ce que j’aime c’est le vélo.

Patrick

* Entente Interdépartementale de Démoustication.

Ce contenu a été publié dans billet. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.