Sur le MAC*, nos pneus se sont frisés les moustaches… de gauchos

Ils nous espantent* nos pneus… Enfin non, nous on savait qu’ils étaient bons, ils vont espanter les autres. Ouais ! Ils nous font bien plaisir nos « Confrérie des 650 » !! Après 6 000 bornes de crapahutage sur des routes et chemins pas toujours fréquentables, ils sont revenus frais comme des gardons. Et j’exagère à peine.

Conseillés aux participants pour leurs qualités et pour le côté pratique de leur tringle souple, puisque cette fois le raid s’effectuait en 650 B, ils étaient partis avec le MAC sur la traversée de l’Amérique Centrale. Et bien ils s’y sont remarquablement comportés ! Pourtant, le rôle qui leur fut confié lors de ce périple n’a jamais été inscrit dans leur cahier des charges. Notre enveloppe fut chargée à l’origine d’être roulante, confortable et de tenir ses 6 000 km au max. Le tout sur des routes normales, des chemins pierreux mais roulants, logiquement empruntés par le commun des mortels cyclistes et non en des endroits où même le lama le plus expérimenté en arrive à se casser la gueule.

Et bien ceux de Jeanine, notre consœur ayant participé à l’aventure, se montrent usés, certes, mais ni plus ni moins que s’ils avaient voyagé en France. Une étude approfondie sera insérée dans le prochain numéro de notre revue associative. Mais, déjà, pour une nouvelle c’est une bonne nouvelle : quasi jeu égal avec d’autres marques de pneumatiques plus adaptés à ce type d’utilisation, c’est super ! Jeu égal question solidité, parce que question souplesse et roulage, la concurrence est à la ramasse !

* Mexique – Amérique Centrale

*Espanter : étonner, éberluer, laisser sur le c…l

Patrick

Ce contenu a été publié dans pneu, voyages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.